Les métiers du droit

Les métiers du droit

Les métiers du droit sont particulièrement nombreux et diversifiés. Si certains sont directement accessibles avec une licence (bac + 3) ou un master (bac + 5), d'autres nécessitent parfois de réussir un concours ou un examen.

Les métiers de la justice

Juge (juge d'instruction, juge pour enfant, procureur...), juge administratif (conseiller d'Etat, juge dans un tribunal administratif, dans une cour administrative d'appel), avocat , notaire , huissier , commissaire priseur judiciaire , administrateur et mandataire judiciaire , greffier , directeur de prison , directeur départemental de la protection judiciaire de la jeunesse , etc.

 

Les métiers publics

Police (Commissaire, lieutenant, agent de police), attaché d'administration scolaire ou universitaire, inspecteur ou contrôleur des finances publiques , inspecteur des douanes , fonction publique territoriale (secrétaire de mairie, attaché territorial...), fonction publique de l'Etat , directeur d'hôpital, fonctionnaire européen, administrateur au Parlement, professeur de droit , juriste de collectivité locale, etc...

 

Les métiers de l'entreprise

Juriste social, juriste d'entreprise, avocat d'affaires, assistant en ressources humaines, commissaire aux comptes, contrôleur ou inspecteur du travail , agent immobilier, banquier, conseil en propriété industrielle, agent à la direction départementale de la concurrence et de la répression des fraudes, fiscaliste, journaliste ou documentaliste juridique, métiers de la banque, de l'assurance, etc...

 



Et les rémunérations ?

Les rémunérations des juristes sont variables selon les métiers, la région, l'expérience professionnelle, etc. Quelques avocats peuvent gagner plus de 10.000 € par mois alors que d'autres auront du mal à payer les charges du cabinet ! La rémunération moyenne annuelle d'un avocat s'établit plutôt autour de 60.000 € net par an.


Dans la fonction publique, les traitements dépendent du niveau de recrutement, de l'ancienneté et donc de la place dans la grille indiciaire. Un éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse ou un greffier peuvent ainsi gagner entre 1.600 et 3.000 € alors que la fourchette se situe plutôt entre 2.600 et 7.000 € pour un magistrat, un directeur des services pénitentiaires ou un commissaire de police.


Dans tous les cas, le cumul de compétences (par exemple un diplôme en droit + une école de commerce), une année passée à l'étranger ou un master particulièrement recherché peuvent constituer des atouts dans la recherche d'un emploi.